Informagicien, crypto-enthousiaste, adorateur des internets 2.0, des chats et des logiciels libres

cloud

Ce qu’on appelle « cloud » c’est en fait les services commerciaux « offerts » par des entreprises qui nous propose de l’espace de stockage sur Internet. Cela peut aussi être des logiciels qui fonctionne sur des serveurs (Google Documents, Office 365, Google Maps...) ou des logiciels clients utilisant des serveurs distants (Skype, Facetime, Hangouts...) ou de l’espace sur un serveur (Dropbox, icloud, Google Drive, Onedrive...).

Hors contexte marketing cette appellation n’a pas beaucoup de sens puisque l’architecture même d’internet repose sur des serveurs distant. Lorsqu’un espace disque ou un logiciel est proposé gratuitement par une entreprise sur le « cloud », vous êtes généralement le produit de ce service. Ce service n’est gratuit que pour accéder à vos données personnelles et vous profiler. Vous n’avez pas accès à la configuration du serveur et donc il peut exécuter n’importe quel code, y compris du code malveillant.

Il n’y a pas de cloud, seulement les ordinateurs des autres.

Un membre de l’EFF