Informagicien, crypto-enthousiaste, adorateur des internets 2.0, des chats et des logiciels libres

Pourquoi je vais continuer à dépanner du Windows

Publié le samedi 1er novembre 2014, par Djan

Mis à jour le mardi 11 avril 2017

Mots clés : logiciels libres, refléxion,

Depuis quelques années les interfaces graphiques sous les systèmes libres GNU/Linux ont atteint une certaine maturité. De même que les logiciels de l’écosystème GNU. Ubuntu, Firefox, Libreoffice et Thunderbird pour ne citer que ces exemples sont maintenant utilisable au quotidien par des personnes peu à l’aise avec l’informatique.
En 2014 l’informatique grand public est toujours dominé par l’OS de Microsoft. Pourtant les utilisateur·erice·s lambda entendent de plus en plus parler des logiciels libres. Ils utilisent Firefox, connaissent LibreOffice et parfois Thunderbird. Et pourtant j’ai la vague impression que les libristes restent dans leur bulle. Parce que c’est confortable.

Mais voilà pour faire évoluer le libre il faut sortir de la zone de confort pour rencontrer les utilisateur·erice·s de Windows qui sont toujours les plus nombreux. Et la plupart du temps ça paie. Parce que nos arguments sont souvent convaincant. Ils sont à base de "pas de virus", "pas de malwares" "une facilité de mise à jour", "un OS gratuit (oui c’est la crise)", "des données en sécurité", "protection de la vie privée", "des interfaces pensées pour les utilisateur·erice·s", "un environnement personnalisable"... Il faut juste leur montrer qu’il ont plus d’avantages à migrer sous GNU/Linux qu’à rester sous Windows. Il faut faire des démonstrations.

Avant d’en arriver là je dépanne du Windows. Et je vais continuer à le faire.
Parce que dépanner du Windows c’est un très bon moyen de promouvoir le libre. D’abord parce que j’en profite pour installer quelques logiciels libres au passage en expliquant très brièvement la philosophie. Ensuite parce que ça permet de pointer les défaut récurrents de Windows comme la faible résistance aux attaques, le fait que les données sont mal sécurisés, le fait qu’on passe un temps énorme à nettoyer sa machine mais aussi pour prendre la température, savoir de quoi les utilisateur·erice·s ont besoin et s’ils sont prêt à changer de système.

Je vois aussi beaucoup de libristes cracher sur Ubuntu. Avec des arguments comme "c’est pas du vrai Linux", "ce truc est la honte du logiciel libre" et encore "Ubuntu n’est qu’un Windows gratuit qui plantera à la première mise à jour". Clairement c’est pas avec ce genre de réflexions qu’on va avancer.
Vous n’aimez pas Ubuntu ? C’est pas bien grave, ne dites rien alors. Laissez ceux qui ont l’habitude de cette distribution l’utiliser, laissez nous aider les débutants et foutez leur la paix. S’ils acquièrent plus de compétences et qu’il ressentent le besoin de changer de distribution, ils le feront, le moment venu.
Et s’il vous plaît ne me dites pas que Debian ou Cruchbang est adapté aux débutant. Ma mère de 57 ans n’a pas envie ni besoin d’utiliser la ligne de commande pendant des heures pour faire fonctionner le wifi ou écouter de la musique ou lire un film car le codec propriétaire n’est pas disponible sur les dépôts de bases.
Acceptez le fait qu’Ubuntu est privilégié par les débutants et que personne ne vous force à l’utiliser.

À ce moment là, notre communauté aura fait un grand pas vers l’utilisateur·erice moyen.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)