Informagicien, crypto-convaincu, adorateur des internets 2.0, des chats et des logiciels libres

Parce que je ne suis pas adminsys

Publié le dimanche 16 août 2020, par Djan

Mis à jour le lundi 25 janvier 2021

Mots clés : auto-hebergement, CHATONS / hébergeurs associatifs,

Je fais un constat relativement simple et sans doute partagé par d’autres. Il faut de plus en plus de connaissances pour installer des applications web. Et je parle bien d’applications libres. Il faut souvent avoir un serveur dédié pour pouvoir installer des applications web récentes. Cela devient de plus en plus compliqué avec des modules qui dépendent de nodejs, de docker, de conteneurs et de machines virtuelles diverses et variées.

Mais moi je ne suis pas administrateur système. J’héberge pourtant mon propre serveur (pour des applications non critiques) mais je n’ai pas les compétences ni le temps pour installer vingt machines virtuelles et dix gestionnaires de conteneurs. Et les bénévoles qui sont dans les associations ont encore moins le temps et encore moins de connaissances.

Pour être productif et pour se libérer du joug des GAFAM il faut des applications puissantes mais simple à mettre en place. L’exemple type : SPIP ou Nextcloud. En quelques minutes on peut avoir un environnement qui nous permet de faire des choses très poussées comme du partage de documents de la synchronisation ou un extranet. Et du coup l’anti exemple qui me vient en tête : miniflux. Comme en témoigne la doc de miniflux il faut de bonnes connaissances en administration système et être familier de la ligne de commande pour l’installer.

Alors en fin de compte quel est le but du libre ?
Proposer des applications que seuls les adminsys avec dix ans d’expérience peuvent installer ?
Ou proposer des applications php/mysql qui sont utilisables sur la plupart des hébergements mutualisé (sauf Free) ?

J’espère sincèrement que toutes les applications libres ne vont pas s’engager dans cette voie. Avoir des applications en php/mysql c’est l’assurance qu’elles peuvent être utilisées par des personnes qui ont peu de connaissances techniques et qu’ils veulent juste quelque chose de facile à installer et qui fonctionne. Sur mon serveur j’utilise des outils comme privatebin, mycryptochat, Dokuwiki, SPIP, FresshRSS, Nextcloud ou Bozon. Le point commun, c’est qu’il n’y pas besoin d’être adminsys pour les installer et les faire fonctionner. J’aimerais bien que ça continue comme ça.

Messages

  • Davide Kole Bonne remarque
    13 février, 13:20


    Coucou Djan, je suis entièrement d’accord avec toi.
    Très content d’avoir découvert ton blog au passage, continues à écrire !
    Je rajouterais que les nouvelles solutions obligent les utilisateurs à louer des VPS et les administrer alors que les hébergements Web PHP/Mysql classiques sont vraiment plus accessible. Money, money .... C’est pour cela que je milite pour que l’on continue à maintenir des logiciel web opensource en full PHP et si possible sans bases de données. Dokuwiki, PluXml, (Fluxbb en mauvaise posture), Shaarli et bien d’autres. Administrer un VPS ou simplement louer un hébergement ce n’est pas le même besoin en compétences / et surtout temps. D’ailleurs, les développeurs ont tendance à trop se disperser au lieu de consolider les projets existant. Il se sentent obligés de faire "leur truc", au lieu de conserver et améliorer les bons outil existant. Bref, continuons le old school, cela permet de rendre accessible liberté d’expression et de faire circuler les connaissances hors des GAFAM. Ne rentrons pas dans leur business, dans leurs règles, n’utilisons pas leurs technologies, ’it’s a trap’ ! ... :-)

  • MrBidon
    13 février, 18:00


    Je me suis coltiné du mutualisé pendant 15 ans, et j’avoue avoir adoré ma délivrance lorsque j’ai tout plaqué pour un VPS.

    Il est facile de nos jours d’acheter une VM dans le "Cloawd" sous Ubuntu Server (chez ovh la sandbox la moins cher doit être à 3€/mois, pour faire des tests on peu louer à l’heure et là ça ne coute que quelque centimes), avec ufw le Firewall est facilement configurable (autre chose que de faire du iptable). Avec Systemd un service est plutôt facilement réalisable (à contrario de Sys V). Les mises à jour de sécurité de l’os se font automatiquement. Avec Ansible, on automatise tout les réglages pour pouvoir migrer facilement vers une autre machine si besoin.

    Donc oui tu as raison c’est un peu plus dur qu’un mutualisé, mais, on y gagne beaucoup en liberté et en choix de techno, ce n’est pas autant de boulot (en apprentissage) que ça aurait pu l’être il y a quelques années.

  • Cyrille BORNE triste constat
    13 février, 18:32


    Le problème que tu soulèves ici est un constat depuis plusieurs années, le couple php mysql a été ringardisé et cela correspond aussi à des envies de développeurs contre lesquelles il est difficile de lutter. Certains expriment finalement avoir envie de tester autre chose pour leur plaisir personnel sans tenir compte d’une base d’utilisateurs potentiels. J’ai personnellement renoncé à de nombreux services et c’est bien dommage. Lorsque l’on sait que le web c’est 40% de Wordpress que ça n’en finit pas de progresser, il y aurait peut-être une véritable réflexion à faire, est-ce que finalement on a vraiment envie de faire connaître et que son application soit utilisée ou il s’agit juste du simple plaisir de coder au gré des technologies ?

    PS : j’ai enterré mon blog, tu peux supprimer l’url :)

  • Djan
    13 février, 19:35


    Il est facile de nos jours d’acheter une VM dans le "Cloawd" sous Ubuntu Server

    Tu as perdu 70 % des utilisateurs.

    avec ufw le Firewall est facilement configurable (autre chose que de faire du iptable). Avec Systemd un service est plutôt facilement réalisable (à contrario de Sys V).

    Là tu viens de perdre 50 % de ce qui reste (institut des stats au doigt mouillé), le reste ce sont des adminsys ou des libristes passionnés. Donc non les VM, ufw, iptable, systemd et ansible ce n’est pas à portée de main de tout le monde. Ça demande toujours beaucoup (trop) de boulot et pour quelqu’un qui ne sait faire que du glisser-déposer et du clique-clique c’est « jusqu’au bout du monde ».

    cela correspond aussi à des envies de développeurs contre lesquelles il est difficile de lutter

    Je ne compte pas lutter, je boycotte ces applis tout simplement.

  • MrBidon
    13 février, 20:45


    "Il est facile de nos jours d’acheter une VM dans le "Cloawd" sous Ubuntu Server"""

    Tu as perdu 70 % des utilisateurs.

    Hélas, faire du code HTML / PHP c’est malheureusement déjà trop compliqué pour ces 70% : il n’y a qu’à voir le succès de bidules genre wix, ou même regarder le succès des réseaux sociaux, si c’était si simple le php, et de monter son site / blog alors, il n’y aurait pas besoin de ce genre de chose.

  • deltadelta
    13 février, 22:32


    Le choix de miniflux comme exemple d’application web compliquée à déployer me laisse perplexe, surtout avec nextcloud en vis-à-vis. Miniflux c’est un binaire statique auto-contenu (pas de dépendances), un fichier de conf simple, on crée une DB, on lance et ça roule. Nextcloud, il faut configurer le serveur web, php, la DB et nextcloud lui-même.

    S’il fallait comparer, j’aurais personnellement tendance à considérer miniflux comme bien plus simple en général (ce qui est attendu, puisque nextcloud a beaucoup plus de fonctionnalités). Si je devais hasarder une explication, ce serait que tu es plus familier de l’écosystème php et par conséquent tu perçois nextcloud comme plus simple.

    Et dans un cas comme dans l’autre il y a un peu de ligne de commande mais premièrement elle n’est pas bien méchante (édition de fichiers de conf, principalement), et deuxièmement il me semble que c’est quand même le mode d’interaction le plus naturel avec un serveur.

    Bref, autant je pourrais être d’accord pour constater un problème de complexité des déploiements, autant j’ai des doutes quant à la pertinence des exemples. On pourrait parler, par exemple, des applications qui sont exclusivement distribuées sous forme d’image docker.

  • Benjamin http://benj.elob.fr
    14 février, 07:57


    Bonjour,
    Je suis un adminsys avec 10 ans d’expérience, et moi aussi je suis de plus en plus blasé de constater ce genre d’évolution. De mon point de vue adminsys je me dis à chaque fois "j’en ai marre d’avoir à installer ces applis que seuls les développeurs avec 10 ans d’expérience peuvent comprendre/modifier".
    Je reste un partisan du bon vieux PHP/MySQL qui, malgré ce que disent la plupart des développeurs d’aujourd’hui, est loin d’être dépassé, que ça soit au niveau des performances ou de la sécurité (y a qu’à voir les wordpress, nextcloud, moodle, etc.).

    Pour les applications développées dans d’autres langages, si aucune image docker n’est fournie, je ne l’installe tout simplement pas.

    Merci pour cet article rafraîchissant :)

  • Djan
    14 février, 09:26


    Hélas, faire du code HTML / PHP c’est malheureusement déjà trop compliqué pour ces 70% : il n’y a qu’à voir le succès de bidules genre wix, ou même regarder le succès des réseaux sociaux, si c’était si simple le php, et de monter son site / blog alors, il n’y aurait pas besoin de ce genre de chose.

    Le succès de ces services tient surtout à leur marketing. En tant que simple utilisateur il n’y a aucun besoin de savoir programmer en PHP pour monter un site web avec un CMS et le choix ne manque pas. Il faut juste savoir se servir de Filezilla et savoir copier-coller des identifiants et des mots de passes.

    @deltadelta  : sauf que, sauf que, Nextcloud peut s’installer sur du mutualisé avec les informations données par ton hébergeur. Aucune ligne de commande, aucune BDD à installer. Pour les images docker c’est le même problème que j’évoque dans l’article, la multiplication des conteneurs et les gestionnaires de VM.

  • Cyrille BORNE restez-curieux
    14 février, 15:48


    @deltadelta

    Je me permets juste une remarque pour avoir été utilisateur de Miniflux et d’ailleurs pour avoir été utilisateur de Miniflux avant de passer à un service propriétaire du fait de ne jamais avoir adhéré à FreshRSS un peu le dernier agrégateur RSS php/mysql. Miniflux est passé de php/mysql à Go. Sur mon hébergement mutualisé, je ne peux plus le faire fonctionner. L’offre des agrégateurs RSS en ligne simple s’est raréfiée, j’ai finalement opté aujourd’hui pour inoreader qui fait le job gratuitement si tu as moins de 150 flux.

    On peut aussi noter et c’est largement discutable, que 1) l’auteur était libre de passer à GO si c’est son bonheur qu’il ne trouvait plus avec php/mysql que 2) on peut acheter un espace à l’année pour 15 dollars l’an ce qui est dérisoire 3) en passant d’un langage qui peut s’installer sur n’importe quel mutualisé à un langage qui bloque le mutualisé, on est un peu mis au pied du mur si on veut continuer à utiliser Miniflux "gratuitement".

    Je pense que le débat est bien plus large que la simple facilité mais va jusqu’à la monétisation du logiciel libre, si c’est plus compliqué à installer alors on ira regarder du côté des offres payantes. Si on rend plus complexe l’installation de logiciels, soit on met les mains dedans, soit on abandonne, soit on met la main à la poche. Quand il y a une dizaine d’années je gérais de nombreux services libres jusqu’à un serveur auto-hébergé, tout est devenu tellement complexe que je ne fais plus rien moi-même. Et d’ailleurs c’est certainement une des raisons qui m’a détourné du libre aujourd’hui.

  • deltadelta
    14 février, 19:43


    Merci pour la précision sur miniflux, c’est un élément de contexte qui me manquait.

    Par ailleurs, je n’ai jamais utilisé d’hébergement web de type php/mysql mutualisé (j’ai toujours été root sur mes serveurs). Effectivement de ce point de vue, le passage à un format binaire peut poser problème. Je n’avais pas pensé à ça.

    Ce que tu dis sur la monétisation est intéressant. Je trouve que pour pousser un peu plus la réflexion il faudrait ajouter comme possibilité les alternatives de type CHATONS, qui ont pour moi deux intérêts principaux. Le premier c’est de faire profiter (d’une partie) des avantages de l’autohébergement à un public beaucoup plus large que les personnes capables de gérer techniquement la chose, et le second est justement, face à la complexité des déploiements, la mutualisation de l’effort d’administration.

  • Mathias POUJOL-ROST
    15 février, 12:21


    Ah oui, je suis assez d’accord !

  • le jambon
    15 février, 13:11


    Salut,

    De mon point de vue, la containeurisation offre exactement ce que tu demandes.
    Ce que tu rapportes est un témoignage des effets de cette mouvance : le changement s’opère de manière chaotique et il va y avoir besoin de beaucoup de vulgarisation.

    Pour ma part, j’ai été forcé de m’y mettre ( pour le boulot ).

    En pratique, je peux maintenant déployer des tas de trucs que j’aurais été bien incapable (surtout faute de temps) de déployer avant pour mon propre usage.

    Oh c’est loin d’être parfait. J’en conviens aisément : ça soulève de nombreux problèmes de sécurité, de maîtrise de son environnement... mais c’est indéniablement plus démocratique en terme de capacité de réalisation.

    Malheureusement, au passage, un certain nombre de compétences techniques nécessaire pour déployer ne le sont plus, et d’autres sont requises à la place.

    Entre autre : comprendre la containeurisation, comprendre ce qu’est un orchestrateur (genre docker-compose), voire comprendre comment mettre en cage ces process (parfois, c’est impossible).... Le faire bien, c’est souvent carrément impossible. Mais faut bien avouer aussi que, de toute façon, déployer correctement un serveur ça a toujours été totalement hors de portée du quidam n’ayant pas quelques centaines d’heure à consacrer à sa propre formation (c’est à dire quasi tout les gens dont ce n’est pas la profession).

    C’est une problématique intéressante et qui mérite d’être étudiée, mais à mes yeux, grâce à containeurisation, le déploiement de projets libres devient nettement plus démocratique.

    Au passage, la documentation pour le déploiement "hors containeurisation" devient nettement plus complexe (plus technique). De mon point de vue, c’est très bien, ça signifie que la documentation est mieux ciblée.
    Et aujourd’hui on voit des pages d’installation qui contiennent plusieurs sections :
    - des sections déploiement "facile" (aka docker)
    - des sections beaucoup plus techniques, qui décrivent ce qui est fait dans le package "docker" par le menu.

    Voire on ne voit plus que des pages ultra techniques et les instructions pour ceux qui ne sont pas à même de les comprendre n’existent plus dans le projet lui même : elles font partie d’une autre documentation.

    Oh c’est loin d’être abouti, il y a encore beaucoup de boulot ...
    Mais ça vient à grand pas.

    Et oui : ça veut dire que déployer du php/mysql se fait désormais de la même manière que pour déployer n’importe quelle autre stack. Donc pour ceux qui avaient l’habitude du déploiement le mieux intégré (donc le plus simple jusque là), il faut changer les habitudes...

    Mais ça veut dire aussi qu’on va avoir plus de facilité à intégrer TOUT le reste de la même manière....

Un message, un commentaire ?

Note : Ce forum n'est pas un espace SAV. Merci de soumettre vos problèmes sur un forum spécialisé en rapport avec votre question. Si la question concerne un script que j'ai écrit merci de me contacter par courriel.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


Dernières brèves

Dis c’est quoi ? 18 septembre

Un VPN protège-t-il réellement votre vie privée ? 17 septembre

Les univers parallèles à Facebook, Twitter, Instragram 14 septembre

Protonmail et la transmission des adresses IP 7 septembre

A-t-on encore le droit d’exercer son esprit critique en France ? 7 septembre

N’utilisez pas Telegram 21 août

Pourquoi le changement periodique de mot de passe est souvent une mauvaise idée 5 août

Password managers 2 août

La fin de la vie privée pour la correspondance numérique 2 août

Internet est mûr pour le démantèlement de Facebook 5 juillet


Articles populaires

Réduire son empreinte carbone numérique
Protéger sa navigation sous Firefox
Du bon usage des profils Firefox
Webmasters, vous n’êtes pas obligés d’aider les GAFAM
Syncthing, la syncronisation libre et sécurisée


Rechercher

Agenda du libre en Alsace

Strasbourg : Projection de La bataille du libre, On Thursday 30 September 2021 from 19h45 to 23h00.

Vandœuvre-lès-Nancy : Installons Linux !, On Saturday 27 November 2021 from 10h00 to 17h00.

Chalons en champagne : Grande Rencontre de la June Ǧ1, On Saturday 18 September 2021 from 09h00 to 18h00.

Vandœuvre-lès-Nancy : La BD numérique avec Scribus, On Saturday 20 November 2021 from 15h00 to 17h00.

Vandœuvre-lès-Nancy : La BD numérique avec Scribus, On Saturday 6 November 2021 from 15h00 to 17h00.


no-gafam-zone